Savez-vous pourquoi, chaque année, 40 jours après noël exactement, des millions de gourmands dégustent des crêpes ?

Voici comment est née cette tradition culinaire.

Sur le calendrier chrétien, le 2 février est le jour de chandeleur. L’explication renvoie vers nos racines chrétiennes, puisque selon la tradition judéo-chrétienne, la chandeleur est le jour ou les femmes juives doivent se rendre au temple pour se purifier.

Durant la même période de l’année se situe les lupercales. Des fêtes datant de la Rome antique, pour célébrer la fin de l’hiver jusqu’en 492 après Jésus-christ, ou le Pape Gélase 1er supprime ces célébrations pour y substituer la Chandeleur.
Lors de cette cérémonie de purification, les croyants devaient récupérer des cierges à l’église pour les ramener chez eux, en veillant à ce qu’ils ne s’éteignent pas. Si les cierges arrivaient encore flamboyant, la légende raconte que le christ protégerait le foyer et les récoltes pour l’année à venir. La chandeleur, ou plutôt, la fête des chandelles, tient son nom de l’expression latine « festa caldelarum’ associée aux cierges récupérés par les croyants à l’église.

Maintenant pourquoi des crêpes ?

À l’époque, début février correspondait aux semailles d’hiver. Les croyants superstitieux, réalisaient des crêpes avec la farine excédent de l’année précédente, symbole de prospérité pour les récoltes à venir.

Place à la gourmandise avec la crêpe sélectionnée par MuOoh

Voici la crêpe sucrée sélectionnée par MuOoh, un savant mélange de caramel au beurre salé au sel de Guérande, avec une touche de crème chantilly, le tout accompagné de sa boule de glace vanille !

La crêpe sucrée sélectionnée par MuOoh

Pour les plus gourmandes et gourmands d’entre-vous, rajoutez quelques amandes grillées !

Le plaisir d’une petite anecdote

Les paysans avait pour coutume de faire sauter la première crêpe qu’ils préparaient avec leur main droite tout en gardant une pièce d’or dans leur main gauche. Cette pièce était ensuite enroulée dans cette fameuse crêpe avant d’être placée soigneusement dans l’armoire de la chambre du maître des lieux. L’année suivante, ils récupéraient la pièce d’or pour la donner au premier pauvre rencontré. Ce rite assurait à la famille d’être prospère toute l’année !

 

Share This